Espace bébé

Hydratation et grossesse
La grossesse est un moment privilégié où il est important de bien s’hydrater. La future maman a deux fois plus de raisons d’être plus attentive à ce qu’elle boit, à commencer par revoir ses habitudes de consommation d’eau. Durant ces neuf mois de grossesse, une hydratation complète et régulière jouera un rôle essentiel pour assurer une bonne santé au futur bébé et pour favoriser de meilleurs échanges hydro-alimentaires.

L’eau a un effet préventif pendant la grossesse

Boire suffisamment pendant la journée lutte contre plusieurs désagréments liés à la grossesse. Un bon apport hydrique facilite le transit intestinal et évite la constipation, phénomène qui touche près 50% des femmes enceintes. En diluant convenablement les urines dans l’organisme, l’eau permet également de lutter contre les infections urinaires, facteur de risque de prématurité.

Buvez même si vous en n’éprouvez pas le besoin !

Prenez l'habitude de démarrer la journée avec une bouteille d'1,5 litre d'eau et d'en boire régulièrement jusqu'au soir.
Bien choisir son eau
  • Optez pour une eau faiblement minéralisée (résidu sec inférieur à 500 mg/l) ou riche en calcium/Magnésium pour combattre la constipation et renforcer les apports de minéraux.
  • Choisissez une eau de préférence sans nitrates
Une nutrition équilibrée
Durant la période de grossesse, l’hygiène alimentaire doit faire l'objet d’une attention particulière. Elle s’avère primordiale non seulement pour le bien-être de la femme enceinte que pour le bon développement du fœtus. Pendant que le bébé se développe et prend des forces, une alimentation équilibrée et variée, permet à la future maman de préparer son accouchement dans de bonnes conditions. Les apports nutritionnels recommandés varient selon le niveau d’activité physique de la mère mais se situent environ entre 2 000 kcal/j au premier trimestre et 2 200 kcal/j au deuxième et troisième trimestre.

Une faculté naturelle d’adaptation
Contrairement aux idées reçues, il est inutile de manger deux fois plus pendant la grossesse. Les femmes sont génétiquement disposées à produire des bébés. Leurs corps s’adaptent naturellement. Durant la première phase de la grossesse, le corps accumule les graisses et les protéines, les réserves se forment. Pendant ce temps, le futur bébé grossit à son rythme et prend progressivement forme. A partir du cinquième mois, la femme enceinte libère ses réserves pour les fournir au bébé, ce qui lui permet de développer harmonieusement ses organes.
Quelle alimentation pendant la grossesse ?
Etre enceinte nécessite une bonne alimentation. Toutefois, il faut veiller à ne pas prendre trop de poids et à manger suffisamment pour que le fœtus ne souffre pas de carences pendant sa croissance.

Les graisses :
Il ne faut surtout pas éviter de consommer les matières grasses pendant la grossesse par peur de prendre du poids. Elles sont indispensables à la construction du système nerveux du bébé ainsi qu'à la fabrication des membranes des cellules.

Les sucres :
Les glucides jouent un rôle de carburant pour la maman et son bébé. Ils permettent de brûler les graisses et évitent le risque d’hypoglycémie du bébé.

Les produits laitiers :
Les besoins en calcium sont d’environ 1000 mg par jour. Le bébé a besoin de calcium pour sa croissance et la formation de son squelette. Consommer deux à trois produits laitiers, de préférence écrémés ou demi écrémés, suffisent pour couvrir les besoins journaliers.

Les vitamines :
Les besoins en vitamines augmentent pendant la grossesse. Les vitamines A, C et B sont facilement couverts par une alimentation variée. Toutefois, les femmes enceintes doivent augmenter les apports alimentaires en acide folique pour limiter les risques de prématurité et de retard de croissance fœtale.
Des besoins vitaux
En grandissant, l’alimentation du bébé évolue. Ses besoins nutritionnels reflètent son rythme de croissance. Durant les 12 premiers mois après la naissance, le poids du nourrisson triple. Pour que cette croissance s’opère correctement, l’alimentation du nourrisson devra répondre à ses besoins nutritionnels et en énergie. Durant les six mois qui suivent sa naissance, son alimentation consistera exclusivement de lait. Le lait maternel étant le plus adapté car il couvre naturellement l’ensemble des besoins nutritionnels. Durant les six premiers mois, le nourrisson a besoin de 500kcals par jour. Du 6ème mois au douzième, le nourrisson aura besoin d’environ 775kcals et entre un et trois an, 1300kcal.
Bien préparer le biberon
Le biberon est l’un des premiers contacts extérieurs du bébé autre que le sein de sa mère. La préparation du biberon est donc très importante.
  • Lavez-vous toujours les mains avant de préparer ou donner le biberon
  • Stérilisez tous les matériels par ébullition
  • Respectez le dosage et contrôlez la température du biberon en versant quelques gouttes sur le dos de votre main
  • Remplissez le biberon avec de l'eau en bouteille peu minéralisée
  • Dès le repas terminé, lavez le biberon à grande eau et nettoyez-le scrupuleusement car le lait séché est difficile à éliminer
  • Jetez le lait qui peut rester dans le biberon après la tétée.
Eau et allaitement naturel
Le lait maternel est composé de plus de 80% d’eau. Son contenu en eau répond parfaitement aux besoins hydriques du nourrisson et fournit une marge de sécurité considérable pendant les premiers mois d’allaitement. Aucune eau additionnelle n’est donc nécessaire car le bébé naît avec de l’eau supplémentaire dans son corps. Pour les mamans qui préfèrent allaiter leur nourrisson avec du lait en poudre, le choix de l’eau est essentiel. L'eau du robinet n’est pas adaptée car elle contient des traces de polluants et du calcaire. C’est pourquoi une eau minérale naturelle comme Sidi Ali, reste la meilleure solution.
  • potassium 300
  • calcium 160
  • magnésium 36
  • zinc 1,2
  • fer 1,2
  • manganèse 0.06
  • vitamine C 50


Le saviez-vous ?

  • 2 % de manque d'eau dans l'organisme peut diminuer les capacités physiques de 20 %
  • En fonction de l'intensité de l'activité physique, l’organisme perd en moyenne 1l d’eau par heure d'entraînement
  • Le calcium favorise la contraction musculaire et la solidité des os
  • Le sodium lutte contre les crampes
  • Le bicarbonate évite les sensations de ballonnements pendant et après l’effort


La réhydratation après l’effort
Une bonne récupération passe par une réhydratation adaptée. Il est donc nécessaire d’ajuster ses prises hydriques en fonction de l’intensité des efforts effectués pour compenser non seulement la perte en eau, mais aussi la perte des minéraux, tels que le sodium, les bicarbonates, le calcium ou le magnésium. Toutes les eaux (minérale, gazeuses, de source) sont bonnes pour les sportifs après l’effort physique à condition d'en boire suffisamment. Cela favorise l’élimination des déchets acides générés par les muscles et aide à reconstituer la perte d’eau.

L’eau et le sport

Un geste essentiel, s’hydrater Lors de la pratique d’une activité sportive, le corps doit maintenir une température corporelle proche de la normale. La transpiration intervient alors comme système de refroidissement naturel pour le corps. Ainsi, l'eau perdue sous forme de sueur devra être compensée ...